10 Choses que j’aurais aimé savoir en sortant de la faculté d’éducation

Messages aux nouveaux enseignants

Voici quelques idées qui me viennent en tête en ce début d’année scolaire. Merci à mon collègue Martin Parent (@Monsieur_Parent ) d’avoir contribué en me partageant son expérience de nouveau prof. Ses idées m’ont grandement aidé.

 

1-Votre priorité n’est pas le curriculum, mais les élèves. L’élément de première nécessité pour tout enseignant: créer de bonnes relations avec les élèves. Vous pouvez détenir toutes les connaissances au monde, arriver avec les meilleurs projets, mais si les élèves ne veulent pas l’entendre vous n’allez nulle part.

Ma citation préférée résume bien cet état de fait:

“They don’t care how much you know, until they know how much you care”                  -Theodore Roosevelt-

OK, mais comment faire pour créer de bonnes relations ?

Il faut d’abord multiplier les contacts positifs avec le maximum d’élèves. Les contacts positifs c’est de l’argent en banque: quand viendra le temps de remettre les pendules à l’heure avec certains élèves, ils vous écouteront un peu plus si vous avez eu des interactions positives auparavant.

Qu’est-ce qu’un contact positif que vous me demandez. Ça commence avec un simple bonjour quand vous les croisez dans le corridor, un accueille chaleureux et authentique à leur arrivée en classe, un compliment sur leur tenue du jour, une conversation sur un sujet aucunement relié à l’école, bref les possibilités sont là devant vous chaque jour, à vous de les saisir.

Finalement, créer des relations, ce n’est pas seulement avec les élèves de votre classe, mais tous les élèves de l’école. Comme l’a judicieusement mentionné George Couros, vous devez être un professeur d’école au lieu d’un enseignant de salle de classe, tous les élèves sont vos élèves. Il n’y a pas de pauses.

2-À l’école vous êtes toujours un prof. Oui vous avez du temps de dîner et des périodes de préparation, mais sachez que la seconde où vous mettez les pieds sur le terrain de l’école jusqu’à ce que vous quittiez en fin de journée, vous êtes un prof qui travaille, vous êtes en fonction, vous êtes “on”.

Voyons ce qu’en pense Martin un enseignant avec 2 ans d’expérience:

“J’ai trouvé, lors de ma première année comme enseignant, que c’était difficile d’être toujours prof; d’être toujours la personne responsable en tout temps. Être prof ce n’est pas 4 périodes de 75 minutes (…)Comme jeune de 23 ans, j’ai trouvé ça un peu difficile. Tu dois toujours être conscient de tes actions et des mots que tu choisis d’employer.”

Cela étant dit, c’est loin d’être un fardeau, utilisez ce temps pour amasser de l’information. Sur votre heure de dîner, marcher dans l’école: voyez ce que font les élèves pendant le dîner, qui est ami avec qui, qui se tient dans quel coin de l’école, qu’est-ce qui se passe dans l’école, est-ce qu’il y a une “tempête” qui s’en vient ? Bref, c’est une occasion parfaite d’avoir des contacts positifs avec les élèves.

3-N’essayez pas d’être cool. Créer des relations avec les élèves ne veut pas dire qu’il faut agir et parler comme eux. Les élèves ne veulent absolument pas que vous soyez leur ami. Cela étant dit, ils veulent que vous vous intéressiez à eux, ils veulent vous connaître, savoir qui vous êtes, d’où vous venez, votre cheminement, etc. Soyez vous même, les élèves sont capables de vous lire beaucoup plus que vous ne le croyez! Ils en viendront à vraiment vous apprécier pour votre franchise et votre authenticité au lieu d’aimer la façon que vous vous habillez.

4-L’habit FAIT le moine. Si vous voulez être pris au sérieux (par les élèves et les collègues), habillez-vous en conséquence. Pas besoin de refaire sa garde-robe, mais juste d’être conscient qu’on aura beaucoup de paires d’yeux qui vont nous étudier. Pendant les premières années que j’étais en salle de classe, je ne portais jamais de jeans, même les vendredis. Je voulais avoir un look professionnel en tout temps. En général, quand vous sortez de la faculté, vous êtes jeunes et avez l’air jeune, ne vous habillez pas aussi comme les jeunes.

5-Profitez de votre incompétence pour grandir. Vous risquez d’être une peu mauvais à vos premières années en enseignement, pas de panique! Mettez votre ego de côté et questionnez constamment vos pratiques et votre pédagogie. C’est tellement facile de mettre tout le blâme sur le dos des élèves lorsque la classe ne va pas bien.

Selon mon expérience, tout ce qui arrive dans une salle de classe est en partie, un petit peu, la faute du prof.

Les élèves dorment, n’écoutent pas, parlent en même temps que vous, échouent votre cours sans remords; par ces comportements ils essaient de vous dire quelque chose. À vous d’avoir l’ouverture d’esprit pour entendre leur message. Qu’est-ce qu’on peut faire en tant que prof pour que la situation s’améliore? C’est là que la croissance commence.

6-Être un bon prof ça s’apprend, ça demande beaucoup d’efforts. Combien de fois a-t-on entendu une variation de cette remarque: “C’est un enseignant né, il a vraiment ça dans le sang, c’est un naturel”. Je pourrais employer plusieurs gros mots pour vous dire jusqu’à quel point cette affirmation est insignifiante. À moins que je me trompe, la science n’a pas encore identifié de gène de l’enseignement. Ça revient un peu à dire que les habitants du Canada sont naturellement bons au hockey. Les Canadiens performent bien au hockey parce qu’ils jouent beaucoup au hockey.

Être enseignant, c’est comme toute autre chose de la vie, plus on y met d’efforts et de travail, plus on en retire de bénéfices. Je ne vous apprends rien en vous disant que pour former des apprenants il faut en être un soi-même. En sortant de la faculté, vous n’avez pas fini d’apprendre, au contraire, ce n’est que le début d’un long chemin sans fin.

Merci encore à Martin pour son excellente réflexion:

“Il me semble que si nous ne croyons pas que les enseignants peuvent apprendre à être bons, on ne peut pas croire que nos élèves qui sont pourris en mathématiques, en français, en sciences, en arts, etc., peuvent devenir meilleurs. D’après moi, ça va à l’encontre de ce que ça veut dire d’être prof. Les valeurs ou les croyances d’un enseignant sur la possibilité de développement de ses élèves ont une influence majeure sur leur développement.

J’imagine un monde où les enseignants, qui sortent de la faculté, n’attribuent pas leurs défis en tant qu’enseignant à un manque d’intelligence ou de compétence en tant qu’enseignant, mais plutôt, à un manque d’expérience ou d’effort. Dans ce monde, nos élèves penseront de même et repousseront les limites que nous leur avons mises par inadvertance! C’est un beau monde, mais ça doit commencer par nous les enseignants.”

7-Vous ne savez pas ce que vous ignorez. À la faculté vous avez appris un paquet de choses,mais comme avec n’importe quel diplôme, vous allez vite vous apercevoir que vous n’avez pas appris les bonnes choses pour exercer votre emploi. Votre Summa Cum Laude ne veut plus rien dire une fois que vous êtes devant 25 enfantastiques qui vous observent. Le problème est que vous ne savez pas encore ce que vous ne savez pas!

Je m’explique.

Lors d’un atelier avec Ewan MacIntosh l’automne dernier, celui-ci nous a présenté un petit graphique fort intéressant qui ressemblait un peu à ceci:

Le petit cercle au centre représente ce que vous savez que vous savez (known known); le deuxième cercle représente ce que vous savez que vous ne savez pas (known unknown) les réponses à ces problèmes se trouvent généralement facilement : un collègue ou Google. Là où le vrai apprentissage débute est dans le dernier grand cercle qui représente tout ce que vous ignorez que vous ignorez (unknown unknown).

Ce grand cercle de “unknown unknown” est là où la croissance se fait, là où sortir de sa zone de confort devient payant.

8-Réglez vos problèmes vous même. En parlant de “unknown unknown”, comment savoir régler des problèmes dont on ignore présentement l’existence? Vous aurez assurément des élèves qui vous donneront des problèmes, qui vous “testeront”. Votre manière de réagir pourrait avoir un grand impact sur le reste de votre année, voir le reste de votre carrière.

Si vous ne savez plus quoi faire avec un élève, demandez conseil à vos collègues, mais réglez le problème vous-même. S’il y a une escalade des comportements, à un moment donné, vous allez devoir rencontrer l’élève avec la direction. Tout de même, arrangez-vous avec cette dernière pour que VOUS soyez la personne qui règle le problème. N’utilisez pas la direction comme une menace, ils ne peuvent pas régler les problèmes à votre place, vous êtes en classe, alors VOUS devez agir. Rendu à cette étape, la direction devrait jouer le rôle du « bad cop » et vous le « bon cop » qui vient sauver l’élève.

Si vous laissez quelqu’un d’autre régler vos problèmes, les élèves vont vite se faire une idée de vos compétences et perdront tout respect pour vous, ce qui rendra la gestion de classe encore plus difficile.

9-Gestion de classe. Trois mots qui font frémir tout nouvel enseignant. À prime à bords, clarifions un point :

la gestion de classe n’est pas de crier ou hausser le ton pour obtenir l’obéissance et le contrôle. C’est plutôt de créer des conditions optimales pour favoriser l’apprentissage de chacun. C’est un chaos organisé, il se peut que ce soit bruyant.

Comment y arriver ?

Réponse facile, voir mon point numéro 1 : créer des relations avec vos élèves. Ceux-ci seront beaucoup plus réceptifs s’ils vous font confiance, s’ils vous connaissent. Vous devez former équipe avec vos élèves, les écouter (le dit et le non dit) pour que tous soient dans le même bateau, que tous agissent pour le bien commun. Sinon, ils sont 25 et vous êtes seul…bonne chance!

Tout de même, il y aura des journées où vous aurez l’impression d’avoir été mis K.O. par vos élèves. C’est tout à fait normal, on a tous des journées du genre, mais vous risquez d’en avoir davantage qu’un enseignant chevronné.

La solution est de se relever du tapis, se remettre sur ses pieds et d’être prêt à revenir dans l’arène le lendemain. Un jeune enseignant doit développer la faculté de commencer chaque journée avec une page blanche: hier est terminé, regardons comment nous allons être meilleur aujourd’hui.

10-Les autres profs sont là pour vous aider…jusqu’à un certain point. En tant qu’enseignant semi-expérimenté (14 ans d’enseignement) j’aime aider les enseignants qui arrivent dans mon école, j’en connais bien la culture et j’y connais presque tous les 650 élèves. J’aime donner un coup de main à des collègues. Je ne suis pas spécial, tous les enseignants ont instinctivement cette solidarité.

Cependant, une erreur que font parfois les jeunes profs est de faire la « sangsue ». Je partage mes ressources avec les autres profs avec plaisir, cependant, quand je deviens le fournisseur officiel pour le cours d’un enseignant, je commence à être un peu moins gentil.

Nouveaux profs, oui allez voir les enseignants pour savoir par où commencer lorsque vous enseignez un nouveau cours, demandez conseil, soyez une éponge de leurs judicieuses suggestions, vous sauverez beaucoup de temps et d’efforts, mais de grâce, montrez-leur aussi que vous êtes capable de voler de vos propres ailes, démontrez de l’initiative.

Jeunes enseignants, n’ayez pas peur de foncer et de vous casser la gueule, c’est la seule manière d’apprendre.

Soyez toujours fier de ce que vous accomplirez, mais n’en soyez jamais satisfait!

Advertisements

7 thoughts on “10 Choses que j’aurais aimé savoir en sortant de la faculté d’éducation”

  1. Article intéressant. Par contre: « comment savoir régler des problèmes dont ont ignore présentement l’existence? », le « t » de « ont » m’a provoqué un picotement dans la rétine :o)

    J’aime

  2. Bonne réflexion. J’aime beaucoup que tu mentionnes que les temps « libres » sont les meilleurs temps pour créer des liens positifs avec les élèves. S’impliquer dans les activités est aussi une superbe façon de connaître les jeunes. C’est aussi motivant pour l’adulte. J’ai toujours adorée ce temps précieux avec mes élèves. Ps. Citation de J.K. = j’adore!

    J’aime

    1. Merci beaucoup de m’avoir lu, c’est toujours plaisant de recevoir de la rétro. Jeune ou « vieux » je crois que c’est bon de se faire rappeler ces petites choses.

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s